top of page

Dany Boon a eu un rôle important dans la vie du fils d’Élie Semoun


Le cinéaste a décelé tôt la fibre artistique d’Antoine Semoun, diagnostiqué Asperger, qui expose actuellement sous le nom d’Andy Santori


Antoine Semoun, qui porte le nom d’artiste d’Andy Santori, exposera ses toiles jusqu’au 13 juillet à la galerie Christian Berst, spécialisée en art brut, dans le 3e arrondissement de Paris. A cette occasion, Élie Semoun et son fils ont accordé une interview croisée dans Gala. Et le papa s’est montré très fier du parcours de son fils diagnostiqué Asperger .


En dépit des craintes liées à un enfant « emmuré dans la solitude », le comédien des Petites annonces avait « l’intuition qu’il prendrait ce chemin ». Cependant, un ami célèbre a participé à cette éclosion artistique.


« Un jour, mon ami Dany Boon m’a conforté dans cette idée en me disant qu’il y avait une sensibilité d’artiste chez Antoine. Nous, les humoristes, on sent ces choses-là, on a l’habitude de scanner les gens et les choses », confie l’humoriste à la publication.


« À la fin du dîner, il m’a glissé la confidence de Dany »


Un épisode dont se souvient très bien l’artiste peintre : « On était à New York, dans un restaurant. Mon père et Dany sont sortis fumer une cigarette. À la fin du dîner, il m’a glissé la confidence de Dany. Cela m’a beaucoup touché. Et rassuré. »


Car le fils de l’humoriste avait pris l’habitude de suivre son père en tournée. A force « de voir tout cet amour que le public lui donnait à la fin des spectacles, de fréquenter ses amis artistes », le jeune homme a « eu envie de faire comme eux », a-t-il confié à la publication. Et si Élie Semoun a offert un petit rôle à son fils dans Ducobu 3, ce n’est pas au cinéma qu’Antoine Semoun arrive à s’illustrer.


Passage par le cinéma


Après des tentatives avortées à l’écriture de scénario il s’essaye à la peinture. « Ma frustration de ne pas produire au cinéma, je la compense en “produisant” des œuvres qui se nourrissent de mon amour du grand écran », explique Antoine Semoun.


C’est donc aux pinceaux sous le nom d’Andy Santori qu’il exprime sa créativité. Sur les cimaises, on découvre sa fascination pour les figures héroïques, les forces impérieuses du destin, le passage inévitable du temps, et le cinéma bien sûr, le tout guidé par les couleurs vives de l’enfance.


Né grand prématuré à cinq mois et demi de grossesse, Antoine Semoun, aujourd’hui 28 ans, ne pesait que 750 grammes à la naissance. « Cela a fait de lui un enfant combatif et différent », note son père. « On me disait : “Tu dois bien te marrer avec Antoine”. Et moi, je pensais : “OK, c’est vrai qu’il est drôle… mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de ce petit mec ?” » L’acteur peut à présent oublier ses angoisses : l’avenir de son fils se trace à la pointe des pinceaux.

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page