top of page

Italie: un président de région et l'ex-patron du port de Gênes arrêtés pour corruption


Giovanni Toti, le président de la Ligurie, région frontalière avec la France, et Paolo Emilio Signorini, l'ancien directeur du port de Gênes, ont été arrêtés ce mardi 7 mai dans le cadre d'une enquête pour corruption impliquant d'autres figures locales. Certaines sont soupçonnées de liens avec la mafia, a indiqué le parquet de Gênes.


Séisme juridique en Ligurie, titre la presse italienne. L’ancien eurodéputé de droite proche du milliardaire Silvio Berlusconi est soupçonné d’avoir perçu plus de 70 000 euros de la part de deux entrepreneurs – Aldo Spinelli (ex-président des clubs de foot du Genoa et de Livourne) et son fils Roberto.


Le président de la région leur aurait promis en contrepartie de favoriser leurs activités économiques dans le secteur de la logistique et de l'immobilier. Il aurait ainsi pris l'engagement de « trouver une solution » pour transformer une plage publique en plage privée en leur faveur, de faciliter un dossier immobilier ou «d'accélérer et approuver le renouvellement pour 30 ans » d'une concession portuaire au bénéfice d'une entreprise contrôlée à 55% par la famille Spinelli.


L’entourage direct du gouverneur de la Ligurie, ancien bras droit de Silvio Berlusconi, est aussi visé par l’enquête, et accusé de lien avec la mafia sicilienne.


Son chef de cabinet, Matteo Cozzani, est mis en cause pour « corruption électorale aggravée ». Il est soupçonné d'avoir « favorisé l'activité de [...] Cosa Nostra », la mafia sicilienne, en cherchant à acheter le vote de quelque 400 résidents de Gênes originaires de Sicile , en échange d'emplois et de logements, rapporte notre correspondante à Rome, Blandine Hugonnet.

Dix personnes au total sont visées par cette enquête, comme Paolo Emilio Signorini, président jusqu'en août 2023 de l'Autorité portuaire de Gênes, l'un des principaux ports italiens.


Paolo Emilio Signorini, actuellement PDG d'Iren, entreprise active dans l'énergie et le traitement des eaux, est accusé d'avoir favorisé les affaires d'Aldo Spinelli en contrepartie d'importantes sommes d'argent, de « 22 séjours de luxe à Monte Carlo [...] pour un total de 42 nuits » et d'articles de luxe dont un bracelet Cartier d'une valeur de 7 200 euros.


Ces séjours comprenaient également la possibilité de jouer au casino ainsi que « des services comme massages et traitements esthétiques ». On lui aurait aussi promis un emploi rémunéré 300 000 euros par an à la fin de son mandat.


Giovanni Toti « est serein et convaincu de pouvoir tout expliquer », a déclaré son avocat Stefano Salvi, cité par les médias, excluant sa démission. Giovanni Toti a été assigné à résidence, précise également dans un communiqué le parquet de Gênes.

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page