top of page

Le chanteur marseillais Soprano révèle son train de vie loin du bling-bling


L’artiste marseillais Soprano n’est pas du tout à l’aise avec les codes de la starification. Et l’a fait savoir au micro de RTL dimanche


Malgré un succès qui ne se dément pas chez les plus jeunes depuis qu’il a lancé sa carrière en solo, Soprano n’a pas la grosse tête. Le bling-bling des stars du rap ? Très peu pour lui. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir tenté, pour celui qui a commencé avec Psy4 de la rime.


« J’ai essayé de faire comme beaucoup, de mettre des Louis Vuitton, des trucs… Je n’y arrive pas, mon caractère fait que ce n’est pas mon truc, je suis mal à l’aise », a confié l’artiste de 45 ans au micro de RTL dimanche.


En C1 dans les rues de Marseille


Celui qui a sorti un nouvel album engagé, Freedom, il y a quelques jours pour la fête de la musique, a donné un aperçu de sa vie quotidienne sous le signe de la simplicité.


« À Marseille, je roule avec une petite C1, elle est fracassée », rit-il. « Je suis plus à l’aise comme ça parce qu’une voiture, ça m’amène d’un point A au point B, ça ne veut pas dire que je n’aime pas les belles voitures. Ma montre, c’est un collègue à moi qui me l’a offerte, ce n’est pas une Rolex… »


Celui qui est marié depuis 2006 à Alexia M’Roumbaba est conscient que « dans l’imaginaire des gens, une star, c’est quelqu’un qui montre un peu ses revenus ». Évidemment, le chanteur a fait une croix sur l’anonymat.


« Quand je vais faire les courses, je commence à parler avec tout le monde, tout le monde me passe sa famille au téléphone (…) Ma vie, c’est plus ça que les soirées mondaines ou les jets privés », raconte-t-il.


Et s’il se fait souvent interpeller dans les rues de Marseille par son vrai prénom, Saïd, il estime : « moi, je ne suis pas une star, je suis un mec connu ».

0 vue0 commentaire

Comentários


bottom of page