top of page

Monaco : Charlotte, la fille de la princesse Caroline, a adoré vivre une enfance auprès des vraies gens


Charlotte Casiraghi est reconnaissante d’avoir eu la « grande chance » de connaître la « mixité sociale »


Si certains rêvent de connaître la vie de château, Charlotte Casiraghi , elle, s’est réjouie d’avoir touché, pendant son enfance, à une expérience plus modeste. La nièce du prince Albert II de Monaco a récemment évoqué sa « grande chance d’avoir été confrontée à des milieux sociaux différents » en étant scolarisée dans le « public » à Saint-Rémy-de-Provence , dans le sud de la France.


C’est là que sa mère et ses frères ont trouvé refuge dans les années 1990, à l’abri des paparazzi. Une période très difficile pour sa famille, puisque Stefano Casiraghi, le père de Charlotte, qui est née en 1986, s’est tué dans un accident de hors-bord à l’âge de 30 ans en 1990.


L’école de la République


La jeune femme de 37 ans a en effet profité des avantages de l’école de la République française. Lycéenne du côté de Fontainebleau puis à Fénelon dans le 6e arrondissement de Paris, elle a fait ses études universitaires à la Sorbonne Paris-4. Pour la Monégasque, sa scolarisation a été une véritable expérimentation sociale pour le meilleur.


« La mixité sociale, c’est important et ça m’a beaucoup appris », a-t-elle ainsi affirmé hier au micro de Monaco Info, comme le relaye Gala . « Ça a surtout ouvert mon regard sur le monde et sur le fait que je n’avais pas forcément envie d’être assignée à un territoire (…) J’ai beaucoup de chance d’être éduquée dans cet esprit de liberté, où j’ai été encouragée. »


Double face


Charlotte Casiraghi a déjà prouvé son attrait pour les artistes et milieux s’éloignant du cadre de la vie princière à travers ses romances, dont on notera Gad Elmaleh et Dimitri Rassam. C’est d’ailleurs peut-être ce qui a plu à la princesse, qui est aussi une grande amoureuse de la lecture, chez le romancier proche de la cause du prolétariat et de la mixité sociale, Nicolas Mathieu, aux côtés duquel elle a été aperçue, comme on a pu le voir dans Paris Match qui leur prête une romance, dans les rues de Paris en mars dernier.


Avec ce profil touche-à-tout, Charlotte Casiraghi peut néanmoins faire figure de contradiction au regard de son entourage et de son affiliation à de grandes marques comme Chanel. La petite-fille de Grace Kelly a aussi joué sur les deux tableaux lors de son dernier entretien en rappelant malgré tout son amour « infini » pour son pays et son « lien indéfectible » avec l’histoire du Rocher.

0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page