top of page

«N'espérez aucun week-end»: une cadre du géant chinois Baidu contrainte de présenter ses excuses


Le géant chinois des moteurs de recherche est dans la tourmente. La vice-présidente des relations publiques de Baidu a publié des vidéos où elle demandait aux employés de mettre leur vie personnelle de côté et de se sacrifier au travail. Ses propos ont fait chuter le cours de l’action du groupe en Chine et l'intéressée a dû présenter ses excuses.  


« Je ne suis ni votre mère, ni votre belle-mère. Vos histoires personnelles et familiales ne m'intéressent pas », dit en substance la responsable des relations publiques de l’entreprise Baidu .


« Ce qui compte, c'est que vous puissiez effectuer à temps la tâche qu'on vous demande. »


Ce manque d'empathie ou en tout cas cette froideur affichée par Qu Jing dans de courtes vidéos publiées sur Douyin – le TikTok chinois – a fait bondir les réseaux sociaux ces dernières 48 heures.


Ces propos ont également créé des débats enflammés sur Weibo sur le sens de la vie, le partage entre la vie privée et le travail alors que les cols blancs chinois du big data, notamment les plus jeunes, disent ne plus vouloir de la « culture d’entreprise » du 9 . 9 . 6 , – de 9 heures à 21 heures, six jours sur sept – prônée autrefois par Jack Ma, le patron d’Alibaba.


Téléphone ouverts 24 heures sur 24 


Dans l’une de ces vidéos désormais supprimées, mais remise en ligne par les internautes sur le réseau Bilibili ,Mme Qu demandait aux employés de « garder leur téléphone ouvert 24 heures sur 24 et d’être prêts à répondre ».


Dans une autre vidéo, elle sommait « d’oublier les week-ends si vous souhaitez travailler dans les relations publiques ». Dans une autre encore, elle déclarait qu'elle était tellement prise par ses fonctions qu’elle ne savait pas dans quelle classe était son fils. Quid de la vie personnelle ?, lui ont demandé les internautes. Sa réponse :


« Le travail, c’est la vie, la vie, c’est le travail. »


Face à un tel tollé, l’intéressée a été contrainte de s’excuser, rapporte le site du 21st century Business Herald et de préciser qu’elle avait parlé en son nom propre et non en celui de la compagnie. « Je m’excuse pour ces vidéos inappropriées qui ont conduit le public à une mauvaise perception des valeurs et de la culture d’entreprise de Baidu », a-t-elle déclaré.


Des vidéos tendances du côté des décideurs


Ces courtes vidéos personnelles, façon influenceurs, sont tendances du côté des décideurs depuis que Lei Jun, cofondateur de Xiaomi, ou encore Zhou Hongyi, président de Qihoo 360, sont devenus des stars du Net en publiant des séquences vidéo dans lesquels ils se mettent en scène.


Sauf que là, l’effet a été inverse à l’objectif recherché. Cheveux courts, poigne de fer, Qu Jing s’est présentée comme une femme puissante qui n’est pas responsable du bien-être personnel de ses employés. « Elle aurait dû savoir que ses commentaires et son attitude dégoûteraient ses subordonnées », écrit un utilisateur du réseau Weibo.


Selon la plateforme du 36 KR spécialisée dans les start-up et la nouvelle économie, Qu Jing aurait démissionné ce jeudi 9 mai.



0 vue0 commentaire

Comments


bottom of page