top of page

Sous le coup d'un mandat d'arrêt européen, la chanteuse malienne Rokia Traoré interpellée en Italie


La fête de la Musique, ce vendredi 21 juin, n'en a pas été une pour tout le monde, notamment en Italie. On y apprend, en effet, que la chanteuse malienne Rokia Traoré a été arrêtée.


Initialement programmée pour un concert intitulé « Vénus en musique », à l’intérieur du parc archéologique du Colisée, Rokia Traoré n’aura même pas franchi les portes du temple romain puisqu'elle a été arrêtée dès son arrivée en Italie. Lors de son contrôle à la frontière, les carabiniers italiens ont rapidement décelé que la chanteuse malienne était sous le coup d'un mandat d'arrêt européen.


L'affaire remonte à 2019 et oppose la chanteuse à son ex-compagnon, le belge Jan Goosens, homme de théâtre et ex-directeur du festival de Marseille. Au centre de leur conflit figure la garde de leur fille, mineure, qui réside avec sa mère au Mali et qui vaut à Rokia Traoré d'être poursuivie par la justice belge, sous le chef d' « enlèvement, séquestration et prise d’otage ».


En 2019, la justice belge a confié la garde de leur jeune fille au père en Belgique avec droit de visite. Par la suite, la justice malienne a accordé au contraire la garde exclusive de la jeune fille à sa mère au Mali. En octobre 2019, un mandat d'arrêt international est donc émis contre l'artiste franco-malienne, ce qui lui vaut d'être interpellée et brièvement incarcérée en France à Fleury-Mérogis, avant qu'elle ne reparte dans des conditions rocambolesques à Bamako où se trouve sa fille.  


La justice lui reproche de ne pas avoir respecté un jugement accordant la garde exclusive de sa fille à son père belge, une décision dont a fait appel Rokia Traoré qui, depuis ses démêlés judiciaires, avait considérablement réduit ses voyages en Europe, jouant principalement en Afrique, jusqu'à ce voyage en Italie.

0 vue0 commentaire

Comentarios


bottom of page