top of page

Votre chien devra être tenu en laisse en forêt à partir de lundi…On vous explique pourquoi


La réglementation se durcit chaque année, du 15 avril au 30 juin, pour préserver la faune sauvage


Pour les hommes comme pour les animaux , la forêt est un formidable terrain de jeu. Mais il y a aussi des règles à respecter pour préserver ce milieu naturel, comme l’interdiction d’allumer un feu toute l’année ou de fumer pendant les périodes à risque d’incendie. Moins connu du grand public, un arrêté ministériel datant de 1955 réglemente les divagations des chiens dans les bois et forêts.


Il prendra effet ce lundi et pour une durée de deux mois et demi. Jusqu’au 30 juin, tout propriétaire devra ainsi obligatoirement tenir son animal en laisse en dehors des allées forestières. Sur ces chemins balisés, les chiens auront un peu plus de liberté, à condition d’être « à moins de 100 mètres et sous le contrôle direct de leur maître », souligne l’Office national des forêts (ONF).


Ne pas écraser les œufs au sol


Pourquoi un tel durcissement de la réglementation alors que les beaux jours donnent justement envie d’aller gambader dans la nature avec son fidèle compagnon ? Il s’agit, selon l’arrêté, de « prévenir la destruction des oiseaux et de toutes espèces de gibier et de favoriser leur repeuplement ». La période définie correspond en effet à la mise à bas des mammifères et à la nidification des oiseaux. Et aussi mignons soient-ils, les chiens, au flair très affûté, peuvent facilement repérer les nouveau-nés et les oiseaux qui nichent au sol et perturber ainsi ces populations d’animaux.


Parmi elles, des espèces classées sur la liste rouge des espèces menacées en France, comme l’engoulevent d’Europe. « Il y a un risque que les œufs soient écrasés par le chien ou son maître », souligne Sylvie Arcoutel, responsable communication et crise de l’ONF dans le Grand Ouest.


Jusqu’à cet été, on se contentera donc des chemins forestiers lors des balades avec toutou. Et en cas de non-respect, les agents de l’ONF n’hésiteront pas à sévir les contrevenants, qui s’exposent à une amende de 750 euros. « Ils ont plus un rôle de sensibilisation et de pédagogie, mais ils sont aussi assermentés pour verbaliser », prévient Sylvie Arcoutel, appelant donc tous les propriétaires de chiens à faire preuve de « responsabilité ».

4 vues0 commentaire

Коментарі


bottom of page